dimanche 16 octobre 2011

G-Senjou no Maou : Le diable est parmi nous!


Après avoir parlé du sympathique Narcissu, j'aimerai vous présenter un jeu que je classerai dans la catégorie supérieur, et ce non seulement pour sa durée, mais surtout pour le plaisir qu'il procure : 



Synopsis : 
Vous jouez le rôle d'Azai Kyousuke, le fils adopté d'un légendaire parrain de la mafia japonaise.
Vous passez votre temps à écouter les compositions de Bach, à jouer à dieu dans votre école et surtout vous travaillez sous couverture pour votre père adoptif, un poids lourd de la finance officiellement.
Cette existence idyllique est brisée le jour de l'arrivée de deux personnes en ville - Une jolie jeune fille nommée Usami Haru avec une chevelure infinie, et un puissant gangster international connu sous le nom de "Maou". A partir de ce moment là, ces deux ennemis commencent une bataille féroce et meutrière, vous impliquant vous et vos amis.


Conspirations, intrigues politiques et pièges en tout genre sont les armes de cette épique bataille d'esprits!


Les Personnages : 

Azai Kyousuke est le protagoniste de l'histoire de G-Senjou no Maou. Kyousuke est le fils adoptif d'un chef Yakuza, Gonzou Azai. Bien que le jour il joue le rôle du camarade gentil et attentionné à l’école, il est en fait très intelligent et est un businessman sans pitié et président d'une des corporations de son père, auquel il doit une forte somme d'argent et qu'il rembourse par ce biais. A cause de "l'éducation" qu'il a reçu de Gonzou, Kyousuke voit l'argent comme la chose la plus importante au monde, et il fait tout son possible pour en amasser le plus possible afin de payer sa dette. Kyousuke est également un grand fan de musique classique (faut bien retrouver la référence du titre chez les personnages!). 

Niveau héroïne, Usami Haru est la protagoniste féminine du jeu. Elle a de long cheveux et est extrêmement intelligente. Elle a une longue histoire avec Maou mais hésite à en parler avec son entourage. Elle apparaît initialement comme quelqu'un de bizarre, eu bavarde, parfois dans la lune, parfois moqueuse... mais elle devient une redoutable adversaire une fois concentré sur son objectif... 
Miwa Tsubaki est une des camarades de classe de Kyousuke. Elle note tout ce qu'elle fait dans son journal intime (mémo!), elle est très attentionnée envers ses amis ce qui agace prodigieusement Kyousuke, lui qui ne fait confiance à personne. Elle vit en bordure de la ville avec toute sa famille, ce qui ne sera pas sans conséquences... Autant dire que la pauvre Tsubaki va en prendre pleins la tronche! 

La deuxième sub-héroïne est Azai Kanon, la fille de Azai Gonzou, et la soeur d'adoption de Kyousuke. C'est une patineuse de haut niveau qui concours pour participer aux jeux olympiques. Sa vie dépend quelques peu de ses résultats... C'est une jeune fille énergique et qui ne se prend pas la tête pour un sous... Pas la plus intéressante à voir, mais de bons passages quand même! 

la dernière est Shiratori Mizuha, une autre camarade de classe de Kyousuke qu'elle ne porte pas dans son coeur, connaissant la nature de ses agissements en dehors de l’école. Plutôt réservée et ne parlant à personne, elle est par ailleurs la fille du directeur de l’école qui est impliqué dans une affaire de pot de vin. Elle sera accompagné de Tokita Yuki l'une des amies de Haru. c'est une fille très intrigante qui aime taquiner les gens avec ses mots et sa grande compréhension de la psychologie des gens. Elle est la fille adoptive d'un Inspecteur de Police d’Élite, chargé de mener les négociations lors des prises d'otages, d'où les talents de Yuki connu de beaucoup de monde.
Mention spéciale pour Aizawa Eiichi C'est un ami proche de Kyousuke avec lequel il fait les 400 coups ainsi que des réunions secrètes autour d'un culte bien  particulier. Eiichi possède un coté sombre (plutôt comique ^^) qu'il cache sous une apparence de gentil garçon, il est attiré par les femmes plus âgées que lui. Autant dire que c'est la touche comique du jeu, et une source d'ennuis en tout genre pour Kyousuke.

D'autres personnages interviennent de façon importante dans cette histoire, comme bien évidemment l'inégalable Azai Gonzou, mais mieux vaut les rencontrer en live, ça promet! A noter que Maou dont je ne dis pas un mot ici (mystère mystère!!) est doublé par Jun Fukuyama, qui n'est autre que le doubleur de Lelouch Lamperouge, et ça saute aux oreilles dès qu'on l'entend! Un très bon choix pour ce personnage (enfin disons que sa performance sous les traits de Lelouch en fait une référence pour ce genre de personnage manipulateur). 

Le jeu : 
On sent assez rapidement que G-Senjou no Maou est un jeu récent, de par ses animations, son dynamisme et ses graphismes de bonnes qualités! Une gestion du texte et des effets maîtrisés qui fait que l'on ai bien dans l'action, le tout soutenu par une OST top niveau (voir plus loin). Quelques bonus, mais du classique avec la traditionnelle galerie de CG, le best-of des scènes H, et l'OST que l'on débloque une fois l'arc de Haru terminé.  Bref on fait dans le registre efficace, ce qui n'est pas une mauvaise chose en soit.

L'Histoire : 
Une superbe histoire, une superbe opposition, une très bonne réalisation, un bon character design (après ça reste quand même de l'ordre du goût et des couleurs, cela dit c'est soigné et agréable à l'oeil), des rebondissements en nombre... bref tout pour me faire dire que c'est un excellent visual novel que nous avons là! 

G-Senjou no MaouHaru, Tsubaki, Kanon et Mizuha), reparties en 5 chapitres (le chapitre 2 concerne l'arc de Tsubaki, le 3e celui de Kanon, le 4e celui de Mizuha et enfin le dernier celui de Haru). Par arc :

    J'ai bien aimé le scénario de Tsubaki, au cours duquel Kyousuke passe vraiment pour un pourri pour tout ce qu'il fait subir à Tsubaki (et va-y que je fasse tout pour vendre ta maison en faisant semblant de te soutenir...), le tout enrobé des actions de Maou (ce n'est pas dans les arcs annexes que nous apprenons le fin mot de l'histoire concernant Maou et Haru, mais ils permettent de développer les autres héroïnes) Un arc plutôt touchant avec une Tsubaki qui fait tout pour le bien de sa famille, se qui ne laisse bien sur pas Kyousuke de marbre. 3 scènes hentai au final dans cet arc classique pour sa finition mais de bonne facture! 
Voila ce qui arrive quand on tourmente la pauvre Tsubaki... faut dire que ça démange un peu! 
    Si vous voulez voir la soeur adoptive de Kyousuke à l'oeuvre, c'est dans le chapitre suivant que cela se passe! L'arc de Kanon est orienté patinage artistique, avec les sélections pour les jeux olympiques pour lequel le Japon n'a qu'un seul billet... On y rencontre la mère de Kanon, qu'elle n'arrive plus à supporter tellement cette dernière semble déconnectée de la réalité pour que sa fille réussisse ce qu'elle n'a pas réussi à faire (ah les parents qui font le transfert de leurs rêves à leurs enfants...). Beaucoup de manipulations une nouvelle fois, et un final très sympa bien que prévisible, ce qui gâche un peu notre plaisir. Je lis souvent que c'est l'arc le plus faible, mais je suis pas trop d'accord car il permet de voir Kanon sous un autre jour que la petite-soeur énergique et sans soucis, et surtout ON LA VOIT! Car après c'est terminé elle sera quasiment absente jusqu'à la fin!

   L'arc de Mizuha introduit le personnage de Yuki Tokita et pour cause car (rendez-vous au chapitre 3 pour le savoir!). Faisant en quelque sorte écho à l'arc de Tsubaki, sa conclusion est totalement différente, et nous apprenons encore de nouveaux éléments sur Maou, sa façon de procéder et surtout le mystère continue concernant sa relation avec Haru ainsi que ses intentions... 
La haine de Maou prime sur l’exécution d'une partition de violon!
Ces arcs annexes, dont une partie fait partie intégrante du scénario principal du jeu, nous amène finalement à l'arc de Haru! Il ne faut donc pas considérer ces arcs comme du remplissage inutile, car ces 3 personnages possèdent chacune suffisamment de personnalité pour qu'on les suivent sans regrets et sans peur de l'ennui!
Évidemment le meilleur, la cerise sur le gâteau, c'est le scénario principal, avec la conclusion dantesque et épique de l'affrontement entre Haru et Maou, la vérité sur ce dernier, ses intentions... Le tout sur fond de véritable guerre de tranchée... et même après ça c'est pas terminé avec un épilogue de feu qui nous apporte une bien triste conclusion... mais au combien jouissive scénaristiquement! J'avoue avoir été quelque peu dégoûté de ce qui leur arrive à la fin, mais la note d'espoir final est une très belle conclusion de ce jeu. 

Troisième gros point fort du jeu, sa BO! Une superbe ambiance sonore, avec de nombreux morceaux de musique classique adaptés au goût du jour! On retrouve bien sur le magnifique "Air on the G-String" de Bach qui donne son titre au jeu ainsi que sa musique d'intro, "Erlkönig" de Schubert connu sous le nom de Maou au Japon, ces deux morceaux donnant le titre au jeu (qui le porte bien d'ailleurs!). Le doublage est également très bon, on retrouve l’incontournable Jun Fukuyama pour Maou, avec un ton tantôt Hautain, tantôt menaçant qui fait tout le personnage. J'ai beaucoup aimé la seiyuu de Haru, mais je peux dire la même chose des autres comme pour la voix grave et menaçante de Azai Gonzou, la double personnalité de Eiichi... bref il y a beaucoup à dire sur les qualités de cette bande-son très réussi!

Conclusion : 
Au final, un superbe jeu, où la morale en prend un sacré coup a de nombreuses reprises (Tsubaki, comment peuvent-ils être aussi cruel avec toi??), un jeu au cours duquel de nombreux rebondissements interviennent, bousculant nos certitudes et ce pour notre plus grand plaisir! Si je devais faire quelques critiques, c'est sur l'absence des héroïnes une fois que leur chapitre dédié est passé, comme par exemple Kanon qui est le plus souvent absente ou parti aux États-Unis une fois le chapitre 3 terminé, mais ce n'est pas grand chose!
En bref, G-Senjou no Maou c'est de la conspiration, de la manipulation, c'est un affrontement très intéressant entre deux personnages charismatiques, un final épique, du rire, quelques larmes, du dégoût, de l'espoir... bref un superbe jeu! Un gros coup de coeur en tout cas qui le classe 3e de mon top VN!

Venez mes mignons, vous ne serez pas déçus! 
PS : Dernière petite chose, je me demande a quoi pourrai ressembler un anime adapté du jeu, et j'en vient a penser que l'adaptation ne pourrait rendre fidèlement l'ambiance et l’enchaînement des chapitres avec fidélité, donnant un anime avec pas mal de situation invraisemblable et des retournements de situations permanents... Non vraiment je préfère lire ce genre d'histoire en roman ou en VN!!

3 commentaires:

  1. "mais surtout pour le plaisir qu'il procure" : Dans quel sens faut-il pendre cette phrase? :p
    "qui le classe 3e de mon top VN!" : laisse-moi deviner : Tsukihime et Ever17 sont devant?
    "a quoi pourrai ressembler un anime adapté du jeu" : à des frites sans sel, sans H, sans la patte graphique originale, sans multiples routes, avec des happy ends à la fin de chaque petit arc sans que le héros ne s'attache à la demoiselle (il devra réserver tout son amour pour LA vraie héroïne car on reste bien pensant). A moins qu'ils fassent un anime H et qu'ils se focalisent sur les scènes de cul en laissant le reste de côté ^^'
    Un super jeu sinon, je vais pas te contredire!

    RépondreSupprimer
  2. "Dans quel sens faut-il pendre cette phrase? :p" Dans le bon sens du terme bien evidemment ^^ Les scènes Hentai je fais avec, c'est pas ce que je recherche, et malheureusement pas mal des meilleurs VN sont des eroge, donc...

    "laisse-moi deviner : Tsukihime et Ever17 sont devant?" Oui, c'est tout a fait ça pour le classement, facile à deviner n'est-ce pas? ^^

    Sinon content de voir que quelqu'un imagine le même genre de chose que moi pour une adaptation animé, qui ne viendra pas de toute façon.

    RépondreSupprimer